– ///// –

Recherches

DSC09436

DSC09435

DSC09434

DSC09433

Ce travail à pour point de départ une réflexion autour de la limite du support, du sujet représenté sur celui-ci, et incidemment, la relation qu’ils entretiennent.

Pour ce faire, l’objet initial fût la mise en perspective d’une brique, dont la surface a la même relation d’échelle que la surface du support utilisée pour la représenter. En gardant une certaine logique géométrique en tête, la feuille a été pliée de manière à réveler certaines parallèles et suffisament peu appuyés pour donner une tension d’ouverture au papier. Une fois le support préparé, le dessin de la brique a été aposé en aplat de couleur sur la surface repliée, laisant ainsi libre cours à la tension du support d’en éclater la forme.

L’idée est ici considérée comme une mise en abîme, un espace topologique ou il n’y a ni envers, ni revers mais plutôt un entrelac entre le représentant (support) et le représenté (brique), suggerant une continuité entre contenu/ contenant. La brique est dans ce cas la représentation perspectivée de la surface même du support, c’est à dire la représentaion en deux dimensions d’un espace en trois dimensions, qui, par l’entremise du plis, est re-mise en volume, mais cette fois tout à fait éclatée, créant une discontinuité.

Publicités

variation

Ici l’opération effectuée est identique, à ceci près que l’aplat de couleur, c’est à dire le plein, la matière, a été supplantée par le plan, la ligne, le contour. Le pliage, initialement révélateur de volume à été aplati, ses extrémités glissées dans des incises. Ainsi, chaque plis, ombrages, incisions participent activement en l’élément tracé, en révèle la constitution interne où bien trouble sa pleine identification.


2014-04-24 13.28.59 (2)

DSC09444

DSC09443

P1060690 - copie

P1060684 - copie

P1060682 - copie

P1060687 - copie

P1060685 - copie

P1060684 - copie

Ce travail à été initialement conçu à partir de deux feuilles de papier A4 pliées dans la diagonale. Elles ont été par la suite assemblées par supperposition, dépliées et mises en volume.

Pour le prototype, un patron à été réalisé dans lequel les angles des plis y ont été calculés pour que la pièce ne tienne que par un seul et unique point de colle. Tout le reste n’est qu’emboitement.

Le volume, qui se doit d’être en angle, a été par la suite recouvert de peinture matifiante en alternance noir/ blanc pour donner des indications de points de regards et aplatir l’effet de volume.

Des lors, en fonction des mouvements du spectateur, une multitude de formes géométriques se déploient, de haut en bas, de droite à gauche. Lorsque celui-ci se tient sur un point bien précis, on peut voir le volume se refermer (d’ou l’alternance noir/blanc) et rendre ainsi la forme originelle qui a servie de base, à savoir, un rectangle. (en l’occurence pas très bien réussi sur ces photos).

2014-06-04 11.46.00

2014-06-04 11.49.11

2014-06-04 11.45.17

2014-06-04 11.47.43

2014-06-04 11.44.32 - copie

Dans la suite du travail précédent, un carnet en incise et bas relief à été réalisé au départ des photographies des différents points de vue. Les reproductions étant en découpe, chaque page dessinée contient un élément de la page précédente. L’idée ici est une tentative d’unification des diffrents aspects du volume en une un seul objet, à savoir un carnet, dont la jointure centrale symbolise l’angle initial du volume.

DSC09724

DSC09723

DSC09725

(Cordilliere) - 2011

 

Les préoccupations de ce travail portent sur le pouvoir de suggestion de la représentation abstraite d’un objet concret et l’inclusion dans le processus de création de l’idée d’un autre objet. En clair, l’objet initial était ici l’image d’un dentier tout ce qu’il a de plus banal. Dans un travail préparatoire, cette image photographique à été par la suite dessinée par observation une premiere fois, redessinée une seconde fois a partir du dessin précédent puis une dernière fois sans modèle, par représentation mentale et mémoire du geste. Lors de cette dernière opération, l’image mentale d’une carte géographique à courbe de niveau est intervenue dans l’équation. L’image ainsi issue de ces deux idées a été reproduite et agrandie de mémoire.